Le sommeil de notre enfant

thérapie sommeil enfant bordeaux -Train du sommeil enfant

Le sommeil de notre enfant : comment attirer les marmottes ?

Le sommeil de votre enfant est-il bon ?

Et le votre ?!

En cette période, je travaille beaucoup en thérapie du sommeil pour les enfants (et leurs parents !). C’est pourquoi, puisque c’est un sujet qui vous intéresse, je vous propose ce mois-ci, un mini coaching sur le sommeil de votre enfant !

Je vous retrouve page contact pour une thérapie du sommeil pour votre enfant à Bordeaux – Martignas sur Jalle.

La sonnette d’alarme de la nuit

2h du matin : « ouiiiiiiiiiiiiinnnnnnn !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!  BOUHOUUUUUUUU BOUUUHHOOOUUU !!!!!!! »

A la maison, la sonnette d’alarme s’appelle Théodore. Chez vous c’est quoi son petit nom ?

« Le monstre des neiges a sauté par la fenêtre et il s’est caché !!!!!! »Hum…. C’est le printemps, il n’a pas fondu ce monstre des neiges ???!!! « 

Après deux réveils cette nuit pour cause de monstre des neiges et de dragon du ciel, J’ai comme l’envie d’écrire un article s’intitulant « Le sommeil : ce qui nous permet de supporter nos enfants ! ».

Mais je vais rester sur le vrai sujet ! « le sommeil de nos enfants ».

La potion magique Dodo

Sommeil enfant bordeaux - la potion magique

Nous avons tous remarqué que nous étions plus Zzen quand nous avions bien dormi. Nous les parents, et nos chers enfants. Moins de colères, plus de sourires, plus de coopération, plus de tolérance.

Le sommeil, c’est une vraie potion magique :

  • Le physique, les muscles, récupèrent de la journée,
  • Le cerveau fait le tri dans les événements de la journée et mémorise,
  • Le système immunitaire se reconstruit,
  • Les cellules se régénèrent, nous cicatrisons et guérissons plus vite,
  • L’hormone de croissance est sécrétée (l’histoire ne dit pas si c’est la même que celle qu’on retrouve dans la soupe)

Le sommeil pour nos enfants est donc une super potion magique qui rend plus costaud, plus fort de l’intérieur, plus intelligent, plus grand et qui répare les bobos !

Le train du Dodo

Train du sommeil enfant bordeaux
Train du sommeil enfant

Quand on s’endort, on est d’abord dans un sommeil léger et il est facile de se réveiller. Puis on entre dans un sommeil profond. Il est alors plus difficile de se réveiller. C’est la récupération physique qui s’opère. Ensuite, au boute de 60 – 70 minutes environ, arrive le sommeil paradoxal. C’est le sommeil des rêves ! Il permet la récupération mentale, les apprentissages. Après c’est une phase de latence où il est facile de se réveiller, on repart en sommeil léger.

Vous vous demandez combien d’heures de sommeil pour votre enfant ? Voici un super article qui vous dira tout ! https://www.coolparentsmakehappykids.com/combien-dheures-de-sommeil-chez-lenfant-selon-age-heure-coucher/

Le monstre des neiges, arriverait pendant le sommeil paradoxal. C’est fréquent chez les enfants.

Et la marmotte dans tout ça ?

La marmotte est un animal qui hiberne 5 mois de l’année. Ainsi, l’expression « dormir comme une marmotte » signifie dormir longtemps et profondément.

Quand la marmotte n’arrive plus à dormir, c’est la panique !

Quelques troubles du sommeil chez nos enfants :

  • L’enfant refuse de se coucher : il réclame la lecture de piles de livres, il a toujours soif, il a un dernier et dernier pipi à faire…
  • L’enfant qui fait des cauchemars
  • L’enfant qui fait des terreurs nocturnes (c’est comme un cauchemar mais en plus intense : il est toujours dans le sommeil mais il crie)
  • L’enfant qui est somnambule
  • L’enfant qui fait pipi au lit

Faire sortir la marmotte qui sommeille dans votre enfant

1 – Expliquer ce que c’est que la nuit et ce qui s’y passe :

C’est là qu’on peut sortir la balle et la lampe ! La Terre tourne sur elle-même, un côté est éclairé par le soleil, c’est le jour, puis ce côté passe dans l’ombre et c’est la nuit.

Pendant la nuit, il y a des gens qui travaillent comme les boulangers qui préparent le pain, des animaux qui chassent comme les chats, des papillons qui volent.

Et expliquer la potion magique Dodo ! Devenir super fort en dormant, c’est quand même cool !

2 – Les rituels de la marmotte

Chaque famille a son rituel. Voici d’autres petites astuces qui peuvent faire sortir la marmotte :

  • Aller dans la chambre en avion, en train, à pas de géant, en faisant la souris,
  • Retracer la journée et son moment préféré, jusqu’au coucher,
  • Respirer calmement en écoutant ensemble les bruits de la maison, en ressentant la chaleur sous la couette, en sentant la bonne odeur du doudou,
  • Lire une relaxation.

3 – Trouver des astuces Zzen pour améliorer le sommeil de votre enfant

  • Le talisman magique, l’étoile du gros dodo, l’attrape rêves : on peut créer avec son enfant un talisman qui protège le dodo et attrape les mauvais rêves, par exemple un attrape rêve, ou bien créer une étoile en carton à colorier. Tout est permis : plumes, paillettes, gommettes, la totale !
  • Le répulsif à monstre des neiges (ou tout autre monstre) : on prend un spray qu’on remplit d’eau et de quelques gouttes d’huiles essentielles. Mon astuce de maman qui a testé le répulsif : prendre un spray qui fait une brume car en cas de montre récalcitrant, les gouttes forment parfois des flaquent…
  • Le poster de super Héro !

Comme toutes les mamans, j’ai essayé beaucoup de choses telles que les relaxations et les respirations sont ce qui a le mieux marché pour nous. Si vous avez un spray anti-monstre, voici l’ultime astuce de maman : pensez à le remplir !

Aider votre enfant à mieux dormir

En tant que thérapeute pour les enfants, je vous retrouve bientôt pour un mini coaching sur le sommeil avec des activités et des documents à télécharger pour améliorer le sommeil de votre enfant !

A suivre sur la page facebook Zebrezen.fr

De plus, si vous souhaitez un accompagnement personnalisé, je vous retrouve en page contact ! Ainsi nous pourrons construire ensemble la thérapie pour le sommeil de votre enfant sur-mesure !

La confiance en soi #4 : mini coaching pour les enfants

Mini coaching pour enfants - confiance en soi - Bordeaux Martignas Mérignac

La confiance en soi de nos enfants : la thématique du mois

Mini coaching pour enfants - confiance en soi - Bordeaux Martignas Mérignac

Responsabiliser son enfant

« Allez hop ! Chouchou à la vaisselle et maman prend son bain !!! »

On l’attend tous, ce moment où on se libère des corvées, de la charge mentale qui va avec, en se disant que c’est bon pour eux ??!!

C’est presque ça !

Responsabiliser son enfant c’est lui accorder une place utile dans la famille, c’est porter sur lui un regard de grand et c’est un moyen simple pour lui permettre de prendre confiance en lui.

Rha ! Encore un caprice !!

Vous donnez à manger à la cuillère à votre fille de 1 an et demi, elle la repousse et chouine ? Vous lui mettez son cache nez pour sortir, elle le retire et le jette par terre ? Vous cassez le haut de l’œuf à la coque de votre fils et il se met en colère ? Vous penchez la boite de céréales pour les verser dans son bol et il se met à crier ?

Rha ! il n’est jamais content ! On l’aime, on l’aide, et il chouine ! Et la miss qui repousse la cuillère d’un geste de la main et la purée se met à couler de la table sur son pyjama ! !!

Pfff ! Que des caprices !

Et bien, nous le savons ! Oui quelque part en nous, nous avons conscience que notre enfant veut faire les choses seul ! Il veut apprendre, il veut expérimenter. Quelque part, pour nous parent, quand notre petite d’1 an et demi envoie valser la cuillère que nous lui tendons parce qu’elle veut manger seule… On se sent : inutile – frustré – déçu – en colère – (rayer l’émotion inutile – Toutes ?). Et même parfois, on renvoie notre frustration à l’enfant en se mettant en colère ou en le jugeant « quelle capricieuse ! ».

Et bien figurez-vous qu’en criant, qu’en repoussant la cuillère, en jetant son cache nez, en se mettant en colère, notre enfant réagi comme nous au manque d’autonomie et de confiance que nous lui infligeons. Quelle injustice ! Quel manque de considération !

C’est normal qu’il s’énerve ! Nous ne le supporterions pas non plus à sa place. Nous nous sentirions humilié, jugé comme incapable.

Quelle confiance nous témoignons nos enfants si nous faisons tout à leur place ?

« Apprends-moi à faire seul »

Maria Montessori nous le rappelle, donner à notre enfant la liberté de faire les choses par lui-même, c’est lui donner la possibilité d’expérimenter. Et c’est en expérimentant qu’il apprend, grandit, prend sa place dans le monde.

Toutefois, parce que nous aimons notre enfant, nous faisons à sa place, nous lui évitons ce que nous considérons comme des corvées.

Et si nous lui témoignions de la confiance en lui apprenant à faire seul ? Ainsi, nous pouvons lui montrer comment mettre son cache nez, comment tenir sa cuillère, comment donner à manger au chien, arroser les plantes, éplucher une carotte. Et le laisser faire ensuite.

Donner une responsabilité = donner sa confiance

En fonction de l’âge de votre enfant, vous pouvez lui demander de mettre la table, de donner à manger au chien, d’arroser une plante, de remplir le lave-vaisselle, etc…

Il est important que ce soit des tâches réalisables et qui donnent le sentiment d’être utile. Mettre la table est une tâche importante et réalisable pour un enfant. En fonction de son âge, vous pouvez aménager dans votre cuisine un placard accessible où vous placerez tout ce qu’il faut.

Le planning des tâches de la maison.

C’est cliché ! Mais ça marche ! Car montrer que chaque membre de la famille a des tâches à réaliser, c’est montrer que tout le monde a sa place dans le fonctionnement du foyer. Et que tout le monde compte sur tout le monde et se fait confiance.

Vous pouvez télécharger ce calendrier à remplir en prenant soin de donner une tâche à chaque membre de la famille (oui oui, Mistinguette de 1 an et demi peut sortir les chaussettes du panier pendant que papa réalise sa tâche de plier le linge, ou porter le gobelet de croquettes pendant que le grand verse de l’eau).

Si vous avez suivi, maman est toujours dans son bain !

Mini coaching pour enfants - confiance en soi - Bordeaux Martignas Mérignac

Chacun sa case, et chacun coche de sa couleur sur le tableau quand il a réalisé sa tâche !

Les mini coaching

Toutes les semaines, je vous propose une astuce autour d’une thématique. Vous pouvez me poser vos questions ou me proposer une thématique que j’aborderai dans de prochains mini-coaching. Pour cela, rejoignez-moi sur la page facebook.

Pour aller plus loin, en rendez-vous ou en visioconférence, retrouvez-moi en page contact.

Les implicites : « on dessine sur le papier ! »

Enfants précoces - Les règles et les implicites

Anecdote #zebrafail : on dessine sur le papier

« On dessine sur le papier ! » un grand classique de règle exprimée de façon positive ! Et les implicites dans l’histoire ?

Si comme moi :

Votre bibliothèque regorge des livres d’Isabelle Filliozat, au point que vos amis soupçonnent que vous avez développé un culte à son nom ?

Les tournures de phrases positives n’ont plus aucun secret pour vous au point que vous vous sentiez ennuyée par les gens qui disent « NON ne monte pas sur le toboggan debout ! » quand vous emmenez vos enfants au parc ?

Vous vous êtes formé(e) en éducation positive au point que vous pourriez faire un mémoire et passer à l’oral ?

Bienvenue au club ! Ou à la secte, selon les points de vue ! Par chez moi, il y a clairement une distinction entre les tradi (« Non ! Ne marche pas sur la route ! « ) et les positifs (On marche sur le trottoir !).

Ma petite anecdote : « on dessine sur du papier »

Je voulais partager avec vous une petite anecdote de T² à presque 3 ans (personnellement je dirais à 2 ans et 10 mois, mais pour T², c’est très important d’arrondir à 3 ans « parce que je suis grand ! »  ! Alors je tranche : presque 3 ans !).

J’étais dans la cuisine en train de préparer ma légendaire tarte à la tomate gratinée de feta (à elle toute seule, elle correspond à 15 % de ma compétence en cuisine ! – si vous avez raté l’épisode : le % de compétence ).

J’entends T² se parler à lui même :

« qu’est ce que c’est que ça ? »

« Ha ! Je peux là ! » dit-il avec un ton très …. Satisfait ! (donc louche ! )

Je sors de la cuisine et là c’est le drame !

J’ai les yeux qui s’écarquillent, je cours vers la scène où va se produire le crime.

Je crie « STOP !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! » (notez la dramatisation écrite – tout un art).

Il interrompt son geste…. Trop tard….

Mon expression est un mélange de frustration, colère, dépit.

« On dessine sur le papier !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! »

Son visage passe de la stupéfaction, à l’incompréhension puis à la satisfaction (la revoilà !)

« Mais maman ! C’est du papier ! »

——Foutu papier peint——

#zebrafail

Les implicites

C’est écrit dans à peu près tous les livres de parentalité positive ! On dessine sur le papier ! Ça ne va jamais plus loin, parce que ça suffit.

Pour les petits zèbres, ce n’est pas assez précis ! Car ça suppose qu’ils comprennent l’implicite de la feuille de papier. Il faut dire « on dessine sur une feuille de papier« . Voilà…

Bien entendu, c’est un exemple parmi d’autres qui seraient plus évocateurs ! Mais il m’a tellement fait rire ! Et c’est celui qui m’a fait prendre conscience qu’il faut vraiment être précis. C’est déjà complexe de tourner les injonctions en positif, après quelques années de pratique, je suis à 80 % de compétence ! Avec plus de précisions s’il vous plait ? ! (vous la voyez venir ? La charge mentale ?)

En attendant de réussir à préciser les règles sans en rater une, c’est parti pour un nettoyage…

#parentalité #EIP #zebrafail

Super-pouvoir : l’attention multisensorielle

L'attention multisensorielle du zèbre

Je voulais partager avec vous une petite anecdote de notre quotidien complétement zébré concernant l’attention multisensorielle tellement typique des enfants doués.

T² entendrait à travers les murs ?!

Un soir, nous papotions dans la cuisine sur le déroulement de la soirée pendant que T² était dans la salle en train de reconstituer un puzzle. Il y avait de la musique et nous parlions doucement.

« Je vais donner le bain à Miss C et on mangera après » dit Mr V.

« Ouaip ! » dis-je.

« On ne dit pas Ouais, on dit Oui !!  » dit T² de l’autre pièce.

Les murs ont donc des oreilles ? !

Les particularités de l’attention de l’enfant surdoué

Ca me rappelle un passage du livre « l’enfant surdoué – l’aider à grandir, l’aider à réussir » de Jeanne Siaud-Fachin.

Ce passage explique que contrairement à un fonctionnement « typique » où  pour être attentif on doit couper tous les autres canaux sensoriels et se concentrer sur la tâche en cours, les enfants surdoués mobilisent naturellement leur attention sur plusieurs canaux.

Pour être attentif, l’enfant surdoué doit faire plusieurs choses à la fois. Si vous l’obligez à rester calme, il ne peut pas écouter.

Astuce Zèbre Zen

Quand j’ai besoin de toute l’attention de T², par exemple sur une règle, je me mets à sa hauteur, à côté de lui, je le touche dans le dos, je dis la règle. Jusque là, rien de différent aux techniques de parentalité positive que vous trouverez partout ! Et comme à la maison on chante beaucoup, je chante la règle. Ensuite on la chante ensemble et on fait un pas de danse, on tape dans les mains !

Selon l’age : on peut utiliser le visuel (dessiner, utiliser une affichette où l’enfant pourrait mimer ce qu’il doit faire, etc…). L’idée étant de mobiliser plusieurs canaux de façon ludique, pour une seule info.

Après je triche ! J’utilise la loi d’attraction que j’appelle : la loi d’attraction des bons comportements ! Je vous en parlerai dans un prochain message !

En attendant, je vous invite à lire l’anecdote complétement zébrée sur les implicites et comment ils peuvent nous jouer des tours !

L'attension multisensorielle de l'enfant doué

Mon petit zèbre jusque 3 ans : l’hypersensibilité

Hypersensibilité enfant jusque 3 ans avec zèbre zen accompagnement et coaching

Mon petit zèbre T² de 0 à 3 ans : l’hypersensibilité

L’hypersensibilité : Quésako ?

Pour faire rapide sur l’explication de l’hypersensibilité, je trouve que le modèle DOES d’Elaine Aron est très simple et compréhensible :

  • D: depth of processing  => Profondeur de traitement
  • O: overstimulation    => Surstimulation
  • E: emotional reactivity and empathy   => Réactivité émotionnelle forte et empathie élevée
  • S: sensing the subtle   =>Sensibilité aux stimuli subtils

L’hypersensibilité découle des particularités neurophysiologiques typiques chez les surdoués :

  • Les gaines de myeline sont plus épaisses. Elles sont responsables de la rapidité des transmissions entre les neurones.  Les informations circulent plus vite dans le cerveau. Ce qui induit l’hypersensibilité sensorielle mais aussi l’intuition qui est un des super-pouvoirs de zèbre !
  • Un plus grand nombre de connexions neuronales. Ce qui induit la mémoire remarquable qui est aussi un des super-pouvoirs de zèbre !
  • Un taux de sommeil paradoxal plus élevé. Ce qui induit qu’il a besoin de moins de sommeil (ça c’est le drame pour les pauvres parents que nous sommes !!!!)
  • Une plus grande activation du système limbique qui gère les émotions. Ce qui induit la grande sensibilité émotionnelle pouvant notamment aller jusqu’à des troubles anxieux, des tocs mais c’est de là d’où vient un autre super-pouvoir : l’empathie !
  • Une plus grande quantité de matière grise en zone frontale du cerveau. Ce qui induit une plus grande logique, abstraction, et de meilleures capacités linguistiques.

Vous pourrez retrouver ces informations en détail ici : Psychologie Française, Vol 49, Issue 3.

Ainsi que dans ce très bel article sur les adultes surdoués hypersensibles, rédigé par l’Association Québécoise pour la Douance.

Hypersensibilité  X  T²

Mon petit zèbre T². J’aime beaucoup le carré ! C’est joli graphiquement ! Et mon fils, comme beaucoup de petits zèbres, c’est un carré qui doit rentrer dans un moule rond. Bon ce n’est pas le même carré, mais c’est pour l’image !

 

Hypersensibilité sensorielle : depuis sa naissance !

 

Hypersensible. A tout point de vue. Depuis qu’il est né il pleure pour tout : parce que c’est trop chaud, trop froid, ça gratte, ahhh ça fait mal aux oreilles, ça pique, noooon ça chatouille…

 

Le toucher

Il fallait faire attention à la température de l’eau sur le coton pour lui laver les fesses, trop chaud ? Il chouine. Trop froid ? Il chouine. Pour lui, c’est tiède / un peu froid… Ca doit avoisiner les 33 ° C.

Il n’aime pas être touché. Même quand il se fait mal ! Il faut le prévenir longtemps à l’avance et surtout lui demander la permission. Pas de bisou magique donc ! Grâce au Reiki, je propose de lui faire sentir la chaleur dans ma main quand il se blesse, et ça marche ! Sans le toucher.

Il ne supporte que difficilement les pansements alors vive les pansements spray ! Et vive le Reiki !

A côté de ça il doit toucher à tout. Dans les magasins c’est compliqué à gérer. Si on arrive à le tenir par la main (sans qu’il hurle !), il s’étend pour pouvoir toucher tout ce qu’il peut.

 

Le bruit et l’agitation

Il a du mal avec le bruit et l’agitation autour de lui. Pourtant lui, il est agité et il chouine, pique des colères…

Imaginez les difficultés pour lui d’avoir sa petite sœur qui pleure. Il se couvre les oreilles avec ses mains. Si ça dure, il faut l’isoler sinon il se met à crier et à devenir violent.

Quand les robinets font « cuit cuit » (quand la pression est trop forte, parfois, ça fait « cuit cuit » !) C’est léger. Mais il chouine et se couvre les oreilles en disant que ça fait mal aux oreilles.

Le goût

Niveau goût, il mange et goûte à tout. C’est vraiment facile. Sauf bien entendu quand il doit goûter à tous les savons, shampoings, objets, herbes, produits divers et variés…. Tout ce qu’il trouve passe par sa bouche.

On s’adapte ! Et on profite du merveilleux !

Nous avons pris l’habitude de son hypersensibilité externe. De mon côté, c’est facile, je le suis aussi et bien souvent, ça me ravie qu’il percute des sons que j’entends alors que personne ne les a remarqué. A 18 mois à peine, on allait se promener dans la forêt, il me disait « écoute ! A coucou !  » plus loin « écoute A cuit cuit ». Il écoutait le chant des oiseaux et parlait des « coucous » des différents « cuit cuit » et des hiboux.

Les petits insectes ont toute son attention ! Surtout les fourmis, les coccinelles et les gendarmes.

C’est vraiment le côté merveilleux de l’hypersensibilité !

J’avais mis l’accent sur la pédagogie Montessori à la maison. Car elle est très sensorielle. T² étant très autonome, mon « job » était de réussir à le suivre et à lui proposer toujours en accord avec ses périodes sensibles (et pour suivre un petit zèbre, il faut être rapide, même petit !).

Hypersensibilté de l'enfant jusque 3 ans et pédagogie Montessori

Les sensations internes

Ca devient complexe quand il s’agit de ses sensations internes. Là, on ne sait pas. Heureusement qu’à 3 ans, il savait déjà bien expliquer. Mal au ventre, à la poitrine, aux oreilles, à l’orteil… Difficile pour nous de savoir ce qui est du ressort de la médecine ou si il s’agit d’une sensation ressentie trop fort qui le gêne. Alors on l’emmène souvent chez le médecin !

Il a été un bébé qui pleurait très souvent et donc, pour lequel il fallait faire vite. Trouver vite. Tout le temps. La plupart du temps il n’était ni question de couche, de faim, ni de fatigue. C’était de l’inconfort. Et trouver l’inconfort en question, c’était vraiment pas de la tarte !

Aujourd’hui il chouine très souvent. C’est presque toujours des questions d’inconfort (et ces fichus « cuit cuit » des robinets !!!!!!!!!!!!!!!)

 

L’empathie, ce super-pouvoir super-flippant

« Elle est toute triste la petite fille, elle veut son papa et sa maman »    T² à 20 mois.

Oh c’est trop mignon !

Et là ?

« T’es pas contente maman ?  »  il renverse son pot de compote en me regardant et dit « T’es en colère maman ?  »    T² 21 mois.

Là c’est trop flippant ! (sa tête n’a pas fait un tour à 360, mais j’y ai presque cru).

Le sommeil

Il a fait ses nuits à 2 ans et demi.

Vers 18 mois il se réveillait la nuit, inquiet parce que le soleil se couchait. Une fois, au parc, il a vu une petite fille tomber de son vélo. Il s’est longtemps réveillé la nuit pour nous dire qu’elle était tombée et qu’elle voulait son papa et sa maman.

C’est la psy de la crèche et sa pédiatre, à 18 mois,  qui m’ont expliqué qu’il était très en avance, qu’il était probablement précoce et que les angoisses nocturnes faisaient partie du package ! C’est à ce moment que j’ai découvert les bienfaits de l’homéopathie ! (Mais ça, c’est une autre histoire !).

Passé 2 ans, il jouait jusqu’à tard dans la nuit. Voir toute la nuit. Il allumait sa lampe, il jouait dans sa chambre et allait jouer aussi dans toute la maison. Il nous réveillait plusieurs fois par nuit. 3 – 4 fois. Une nuit, il m’a réveillée toutes les heures à partir de 1h du matin. On a donc cherché des astuces pour arrêter ses balades nocturnes ! J’ai beaucoup angoissé de le savoir libre dans la maison toute la nuit. J’ai mis des barrières, verrouillé la porte donnant au sous sol. Mais je n’étais jamais tranquille. Il est capable de tout !

 

L’hypersensibilité émotionnelle

Il chouine beaucoup, pleure beaucoup, pique des colères tous les jours, ne supporte aucune frustration. Encore moins quand les choses sont lentes, il laisse très vite tomber. Quand il est enthousiaste il est très très enthousiaste. Mais pour le moment, je ne fais pas vraiment la différence avec les autres enfants. Je le trouve plus en colère et plus dans l’expression des émotions mais comme globalement, je le laisse s’exprimer, je ne suis pas sûre qu’à cet age là, la différence soit criante.

 

Pour conclure

Je pourrais raconter des tas d’anecdotes sur l’hypersensibilité de T², mais de 0 à 3 ans c’est notable, certes, mais ce n’est pas le plus criant de son évolution de petit zèbre. Le plus parlant, c’est le développement psychomoteur. J’en ai même passé le CAP petite enfance, parce que je n’arrivais pas à suivre ! D’ailleurs, même avec un CAP et une connaissance théorique de l’évolution normale des enfants de cette tranche d’âge… J’étais dépassée ! Car il ne rentrait dans aucun cadre ! Les observations de sa pédiatre et de la psychologue de la crèche m’ont permis de mettre une lumière sur cette évolution en dehors des « cases ».

Mais ça, c’est un autre post !