A tous les parents méchants

Lettre ouverte à tous les parents méchants :

Par un Neuropsychologue:

Un jour, quand mes enfants seront assez vieux, pour comprendre la logique qui motive un parent, je vais leur dire, comme mes parents méchants m’ont dit:
Je t’ai aimé assez pour te demander où tu allais, avec qui, et quand tu serais de retour à la maison…

Je t’ai aimé assez pour être patiente jusqu’à ce que tu découvres que ta nouvelle meilleure amie ou ton grand copain, n’était pas fréquentable….

Je t’ai aimé assez pour me tenir plantée là dans le cadre de porte pendant deux heures tandis que tu nettoyais ta chambre, une affaire de 15 minutes en principe !

Je t’ai aimé assez pour te laisser voir la colère, la déception et les larmes dans mes yeux. Les enfants doivent apprendre que leurs parents ne sont pas parfaits.

Je t’ai aimé assez pour te laisser assumer la responsabilité de tes actions même lorsque les pénalités étaient si dures qu’elles ont presque brisé mon coeur.

Mais surtout,
Je t’ai aimé assez pour dire NON même quand je savais que tu me détesterais pour ça. Telles étaient les batailles les plus difficiles de toutes. Je suis heureuse de les avoir gagnées, parce qu’à la fin, tu y as gagné aussi. Et un jour, quand tes enfants seront assez vieux pour comprendre la logique qui motive des parents«méchants», tu leur diras :

Vos parents étaient ils méchants?
Les miens l’étaient. J’ai eu les parents les plus méchants du monde entier !

Pendant que d’autres enfants mangeaient des sucreries pour les repas, j’ai dû manger des céréales, des oeufs, et des légumes. Quand d’autres ont eu du Coca et des hamburgers pour le dîner, j’ai dû manger de la viande, du fromage,des crudités et des fruits… Sans oublier toutes ces crêpes et gâteaux que ma maman nous a faits… Et vous pouvez deviner que ma mère m’a fait des dîners qui étaient différents de celui des autres enfants.

Mes parents ont insisté pour savoir où j’étais en tout temps. On aurait pu croire que j’étais enfermée dans une prison. Ils devaient savoir qui mes amis étaient et ce que je faisais avec eux.. Ils insistaient si je disais que je serais partie pour une heure, pour que ce soit seulement une heure ou moins..

J’avais honte de l’admettre, mais mes parents ont enfreint la loi sur la
protection des enfants concernant le travail en me faisant travailler.
J’ai dû faire la vaisselle, mon lit (quelle horreur!), apprendre à faire la cuisine, passer l’aspirateur, faire mon lavage, vider les poubelles et toutes sortes d’autres travaux cruels…. Je pense qu’ils se réveillaient la nuit pour imaginer de nouvelles tâches à me faire faire…
Ils ont toujours insisté pour que je dise la vérité, juste la vérité et rien que la vérité. Au moment où je suis devenue adolescente, ils pouvaient lire dans mon esprit et avaient des yeux tout autour de la tête. Puis, la vie est devenue vraiment dure !

Mes parents ne laissaient pas mes amis juste klaxonner quand ils venaient me chercher. Ils devaient venir à la porte pour qu’ils puissent les rencontrer. Pendant que chacun pouvait fréquenter un ou une petit(e) ami(e) quand ils avaient 12 ou 13 ans, j’ai dû attendre d’en avoir 16

À cause de mes parents, j’ai manqué beaucoup de choses que d’autres enfants ont expérimentées. Je n’ai jamais été prise pour vol à l’étalage, vandalisme, alcoolisme, ni même arrêtée pour tout autre crime. C’était «tout de leur faute».

Maintenant que j’ai quitté la maison, je suis instruite et une adulte honnête. Je fais de mon mieux pour être un parent méchant comme mes parents l’étaient.
Je pense que c’est ce qui ne va pas avec le monde aujourd’hui. Il n’y a
pas assez de parents méchants!

Merci donc à toutes les parents qui ont été assez méchants dans notre jeunesse pour nous apprendre à être de méchantes bonnes personnes.

Stéphanie CHARIOT-AUCHERE
Neuropsychologue – Centre Hospitalier
55, rue Docteur Jean Michel
39000 Lons le Saunier
Passez ce texte à tous les parents méchants

Pour découvrir d’autres articles

Pour nous retrouver sur les réseaux !

zebrezen-facebook

Education non violente : différence entre conséquence et punition

enfant-parents

Education non violente, parentalité positive : je vous partage cet article très intéressant du site Apprendre à éduquer.

4 valeurs pour nous guider

Vous retrouverez dans cet article sur la différence en conséquence et punition, les 4 valeurs essentielles pour une éducation non violente.

L’équidignité (tous les individus ont la même valeur), l’intégrité (en parlant de nos propres limites), l’authenticité (en étant sincère), la responsabilité (être adulte c’est être responsable de la relation que nous avons avec nos enfants).

La différence entre punition et conséquence s’avère assez grande. Les conséquences de notre comportement ont beau être désagréables, elles ne nous font pas douter de notre valeur en tant qu’être humain. Les punitions, si.

Jesper Juul

L’abus de pouvoir ne constitue pas une alternative à l’impuissance. Les parents devraient plutôt manifester leur personnalité et se définir plus clairement en tant qu’être humains.

Jepser Juul

Coaching pour la famille !

J’accompagne les familles dans le passage vers la parentalité positive et bienveillante. Vers une éducation non violente.

Je vous invite à suivre les mini coaching gratuits par ici :

La confiance en soi #4 : mini coaching pour les enfants

Mini coaching pour enfants - confiance en soi - Bordeaux Martignas Mérignac

La confiance en soi de nos enfants : la thématique du mois

Mini coaching pour enfants - confiance en soi - Bordeaux Martignas Mérignac

Responsabiliser son enfant

« Allez hop ! Chouchou à la vaisselle et maman prend son bain !!! »

On l’attend tous, ce moment où on se libère des corvées, de la charge mentale qui va avec, en se disant que c’est bon pour eux ??!!

C’est presque ça !

Responsabiliser son enfant c’est lui accorder une place utile dans la famille, c’est porter sur lui un regard de grand et c’est un moyen simple pour lui permettre de prendre confiance en lui.

Rha ! Encore un caprice !!

Vous donnez à manger à la cuillère à votre fille de 1 an et demi, elle la repousse et chouine ? Vous lui mettez son cache nez pour sortir, elle le retire et le jette par terre ? Vous cassez le haut de l’œuf à la coque de votre fils et il se met en colère ? Vous penchez la boite de céréales pour les verser dans son bol et il se met à crier ?

Rha ! il n’est jamais content ! On l’aime, on l’aide, et il chouine ! Et la miss qui repousse la cuillère d’un geste de la main et la purée se met à couler de la table sur son pyjama ! !!

Pfff ! Que des caprices !

Et bien, nous le savons ! Oui quelque part en nous, nous avons conscience que notre enfant veut faire les choses seul ! Il veut apprendre, il veut expérimenter. Quelque part, pour nous parent, quand notre petite d’1 an et demi envoie valser la cuillère que nous lui tendons parce qu’elle veut manger seule… On se sent : inutile – frustré – déçu – en colère – (rayer l’émotion inutile – Toutes ?). Et même parfois, on renvoie notre frustration à l’enfant en se mettant en colère ou en le jugeant « quelle capricieuse ! ».

Et bien figurez-vous qu’en criant, qu’en repoussant la cuillère, en jetant son cache nez, en se mettant en colère, notre enfant réagi comme nous au manque d’autonomie et de confiance que nous lui infligeons. Quelle injustice ! Quel manque de considération !

C’est normal qu’il s’énerve ! Nous ne le supporterions pas non plus à sa place. Nous nous sentirions humilié, jugé comme incapable.

Quelle confiance nous témoignons nos enfants si nous faisons tout à leur place ?

« Apprends-moi à faire seul »

Maria Montessori nous le rappelle, donner à notre enfant la liberté de faire les choses par lui-même, c’est lui donner la possibilité d’expérimenter. Et c’est en expérimentant qu’il apprend, grandit, prend sa place dans le monde.

Toutefois, parce que nous aimons notre enfant, nous faisons à sa place, nous lui évitons ce que nous considérons comme des corvées.

Et si nous lui témoignions de la confiance en lui apprenant à faire seul ? Ainsi, nous pouvons lui montrer comment mettre son cache nez, comment tenir sa cuillère, comment donner à manger au chien, arroser les plantes, éplucher une carotte. Et le laisser faire ensuite.

Donner une responsabilité = donner sa confiance

En fonction de l’âge de votre enfant, vous pouvez lui demander de mettre la table, de donner à manger au chien, d’arroser une plante, de remplir le lave-vaisselle, etc…

Il est important que ce soit des tâches réalisables et qui donnent le sentiment d’être utile. Mettre la table est une tâche importante et réalisable pour un enfant. En fonction de son âge, vous pouvez aménager dans votre cuisine un placard accessible où vous placerez tout ce qu’il faut.

Le planning des tâches de la maison.

C’est cliché ! Mais ça marche ! Car montrer que chaque membre de la famille a des tâches à réaliser, c’est montrer que tout le monde a sa place dans le fonctionnement du foyer. Et que tout le monde compte sur tout le monde et se fait confiance.

Vous pouvez télécharger ce calendrier à remplir en prenant soin de donner une tâche à chaque membre de la famille (oui oui, Mistinguette de 1 an et demi peut sortir les chaussettes du panier pendant que papa réalise sa tâche de plier le linge, ou porter le gobelet de croquettes pendant que le grand verse de l’eau).

Si vous avez suivi, maman est toujours dans son bain !

Mini coaching pour enfants - confiance en soi - Bordeaux Martignas Mérignac

Chacun sa case, et chacun coche de sa couleur sur le tableau quand il a réalisé sa tâche !

Les mini coaching

Toutes les semaines, je vous propose une astuce autour d’une thématique. Vous pouvez me poser vos questions ou me proposer une thématique que j’aborderai dans de prochains mini-coaching. Pour cela, rejoignez-moi sur la page facebook.

Pour aller plus loin, en rendez-vous ou en visioconférence, retrouvez-moi en page contact.

La confiance en soi #3 : mini coaching pour les enfants

Boite à envies - Mini coaching pour enfants - confiance en soi - La boite à outils de Zèbre Zen à Bordeaux Martignas Gironde

La confiance en soi : thématique du mois.

« Derrière toute peur se cache une grande envie »

Cette jolie citation de Jacques Salomé (ses « contes pour grandir de l’intérieur » sont de belles inspirations !), nous donne une belle idée ! Trouver des envies, des projets à réaliser. Et surtout : les réaliser !

Boite à envies - Mini coaching pour enfants - confiance en soi - La boite à outils de Zèbre Zen à Bordeaux Martignas Gironde

Faire une requête au Google interne de notre enfant !

Le Système Réticulé Activateur

Nous avons tous un Google interne ! Même notre enfant ! C’est le Système Réticulé Activateur. Il sélectionne parmi les milliers d’informations que nous croisons chaque jour, ce qui a toute notre attention. Notre « focus ». C’est ce qui fait que si notre attention est porté sur l’achat d’un monospace, nous voyons des monospaces partout ! C’est ce qui fait aussi que, quand on se promène avec Claire, notre copine enceinte, elle voit des femmes enceintes et des bébés partout alors que nous ne les voyons pas.

Si vous avez suivi, nous on voit des monospaces !

Ça fonctionne pour les enfants aussi.

Ecrire ses envies

En écrivant ou dessinant ses envies sur un papier qu’il pourra glisser dans sa boite, il donne à son cerveau un « focus ». Porter son attention sur quelque chose qui lui fait plaisir, un projet à réaliser, va permettre à son cerveau de lui montrer des choses en accord avec cela et aussi (et surtout ! ) des opportunités de les réaliser !

Plus il verra des choses positives, plus il sera heureux et plus il aura d’idées et d’opportunités pour réaliser ses envies.

La boite à envies

Choisissez une jolie boite et proposez à votre enfant de la décorer. Sortez les feutres, les peintures, les plumes, les gommettes, etc…. Et c’est parti pour la déco ! Je vous propose ceci comme suggestion de décorations. Vous pouvez par exemple imprimer cette page sur sur papier autocollant et votre enfant pourra les découper et les coller sur sa boite.

Boite à envies - Mini coaching pour enfants - confiance en soi - La boite à outils de Zèbre Zen à Bordeaux Martignas Gironde

Les envies

La boite est décorée ?

L’heure est venue de se projeter dans l’avenir : demandez à votre enfant d’écrire ses envies sur des papiers, des cartes, de dessiner, de coller une image, etc…

Une envie par carte.

Cela peut être des projets à réaliser à moyen ou long terme, comme aller dans un parc, faire un sport, inviter des copains, une mobylette ( :D), …. Bref, tout ce dont il a envie !

Puis, proposez à votre enfant de glisser ses papiers dans la boite.

Vous pouvez télécharger et imprimer cette planche en A4.


Boite à envies - Mini coaching pour enfants - confiance en soi - La boite à outils de Zèbre Zen à Bordeaux Martignas Gironde

Une fois par mois (ou plus ou moins en fonction de l’âge de votre enfant), vous pouvez ouvrir ensemble la boite et discuter comment en réaliser un (ou plus !). Trouver des idées, actions qu’il pourra réaliser avec votre soutien ou seul, afin qu’il entre dans l’action !

Car la confiance en soi, c’est notre capacité à entrer en action.

Votre enfant entrera en action, d’abord avec vous, pour réaliser une envie puis tout seul.

La force est en lui !

Il apprendra à :

  • se donner des objectifs,
  • ouvrir le champs des possibles grâce à la demande qu’il fait à son Google interne,
  • entrer en action,
  • être fier et heureux d’avoir réalisé une envie,
  • avoir une bonne confiance en soi !

Le vision Board

Pour aller plus loin sur la confiance en soi, voici une technique de coach qui fonctionne très bien : le Vision Board.

Dans le même esprit, vous pouvez demander à votre enfant de découper, de chiner, des images de personnes, de personnages qu’il admire, des paysages qu’il aime, des objets qu’il aimerait avoir, des projets qu’il aimerait réaliser, et les coller sur un tableau à afficher dans sa chambre. Ainsi, quand il se lève, il voit tout ce qu’il aime, tout ce qui l’inspire ! C’est un extraordinaire moteur pour la journée ! (Vous pouvez aussi le faire pour vous ! La confiance en soi c’est excellent pour tout le monde !).

Les mini coaching

Toutes les semaines, je vous propose une astuce autour d’une thématique. Vous pouvez me poser vos questions ou me proposer une thématique que j’aborderai dans de prochains mini-coaching. Pour cela, rejoignez-moi sur la page facebook.

Pour aller plus loin, en rendez-vous ou en visioconférence, retrouvez-moi en page contact.

Les implicites : « on dessine sur le papier ! »

Enfants précoces - Les règles et les implicites

Anecdote #zebrafail : on dessine sur le papier

« On dessine sur le papier ! » un grand classique de règle exprimée de façon positive ! Et les implicites dans l’histoire ?

Si comme moi :

Votre bibliothèque regorge des livres d’Isabelle Filliozat, au point que vos amis soupçonnent que vous avez développé un culte à son nom ?

Les tournures de phrases positives n’ont plus aucun secret pour vous au point que vous vous sentiez ennuyée par les gens qui disent « NON ne monte pas sur le toboggan debout ! » quand vous emmenez vos enfants au parc ?

Vous vous êtes formé(e) en éducation positive au point que vous pourriez faire un mémoire et passer à l’oral ?

Bienvenue au club ! Ou à la secte, selon les points de vue ! Par chez moi, il y a clairement une distinction entre les tradi (« Non ! Ne marche pas sur la route ! « ) et les positifs (On marche sur le trottoir !).

Ma petite anecdote : « on dessine sur du papier »

Je voulais partager avec vous une petite anecdote de T² à presque 3 ans (personnellement je dirais à 2 ans et 10 mois, mais pour T², c’est très important d’arrondir à 3 ans « parce que je suis grand ! »  ! Alors je tranche : presque 3 ans !).

J’étais dans la cuisine en train de préparer ma légendaire tarte à la tomate gratinée de feta (à elle toute seule, elle correspond à 15 % de ma compétence en cuisine ! – si vous avez raté l’épisode : le % de compétence ).

J’entends T² se parler à lui même :

« qu’est ce que c’est que ça ? »

« Ha ! Je peux là ! » dit-il avec un ton très …. Satisfait ! (donc louche ! )

Je sors de la cuisine et là c’est le drame !

J’ai les yeux qui s’écarquillent, je cours vers la scène où va se produire le crime.

Je crie « STOP !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! » (notez la dramatisation écrite – tout un art).

Il interrompt son geste…. Trop tard….

Mon expression est un mélange de frustration, colère, dépit.

« On dessine sur le papier !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! »

Son visage passe de la stupéfaction, à l’incompréhension puis à la satisfaction (la revoilà !)

« Mais maman ! C’est du papier ! »

——Foutu papier peint——

#zebrafail

Les implicites

C’est écrit dans à peu près tous les livres de parentalité positive ! On dessine sur le papier ! Ça ne va jamais plus loin, parce que ça suffit.

Pour les petits zèbres, ce n’est pas assez précis ! Car ça suppose qu’ils comprennent l’implicite de la feuille de papier. Il faut dire « on dessine sur une feuille de papier« . Voilà…

Bien entendu, c’est un exemple parmi d’autres qui seraient plus évocateurs ! Mais il m’a tellement fait rire ! Et c’est celui qui m’a fait prendre conscience qu’il faut vraiment être précis. C’est déjà complexe de tourner les injonctions en positif, après quelques années de pratique, je suis à 80 % de compétence ! Avec plus de précisions s’il vous plait ? ! (vous la voyez venir ? La charge mentale ?)

En attendant de réussir à préciser les règles sans en rater une, c’est parti pour un nettoyage…

#parentalité #EIP #zebrafail

Super-pouvoir : l’attention multisensorielle

L'attention multisensorielle du zèbre

Je voulais partager avec vous une petite anecdote de notre quotidien complétement zébré concernant l’attention multisensorielle tellement typique des enfants doués.

T² entendrait à travers les murs ?!

Un soir, nous papotions dans la cuisine sur le déroulement de la soirée pendant que T² était dans la salle en train de reconstituer un puzzle. Il y avait de la musique et nous parlions doucement.

« Je vais donner le bain à Miss C et on mangera après » dit Mr V.

« Ouaip ! » dis-je.

« On ne dit pas Ouais, on dit Oui !!  » dit T² de l’autre pièce.

Les murs ont donc des oreilles ? !

Les particularités de l’attention de l’enfant surdoué

Ca me rappelle un passage du livre « l’enfant surdoué – l’aider à grandir, l’aider à réussir » de Jeanne Siaud-Fachin.

Ce passage explique que contrairement à un fonctionnement « typique » où  pour être attentif on doit couper tous les autres canaux sensoriels et se concentrer sur la tâche en cours, les enfants surdoués mobilisent naturellement leur attention sur plusieurs canaux.

Pour être attentif, l’enfant surdoué doit faire plusieurs choses à la fois. Si vous l’obligez à rester calme, il ne peut pas écouter.

Astuce Zèbre Zen

Quand j’ai besoin de toute l’attention de T², par exemple sur une règle, je me mets à sa hauteur, à côté de lui, je le touche dans le dos, je dis la règle. Jusque là, rien de différent aux techniques de parentalité positive que vous trouverez partout ! Et comme à la maison on chante beaucoup, je chante la règle. Ensuite on la chante ensemble et on fait un pas de danse, on tape dans les mains !

Selon l’age : on peut utiliser le visuel (dessiner, utiliser une affichette où l’enfant pourrait mimer ce qu’il doit faire, etc…). L’idée étant de mobiliser plusieurs canaux de façon ludique, pour une seule info.

Après je triche ! J’utilise la loi d’attraction que j’appelle : la loi d’attraction des bons comportements ! Je vous en parlerai dans un prochain message !

En attendant, je vous invite à lire l’anecdote complétement zébrée sur les implicites et comment ils peuvent nous jouer des tours !

L'attension multisensorielle de l'enfant doué

Mon petit zèbre jusque 3 ans : l’hypersensibilité

Hypersensibilité enfant jusque 3 ans avec zèbre zen accompagnement et coaching

Mon petit zèbre T² de 0 à 3 ans : l’hypersensibilité

L’hypersensibilité : Quésako ?

Pour faire rapide sur l’explication de l’hypersensibilité, je trouve que le modèle DOES d’Elaine Aron est très simple et compréhensible :

  • D: depth of processing  => Profondeur de traitement
  • O: overstimulation    => Surstimulation
  • E: emotional reactivity and empathy   => Réactivité émotionnelle forte et empathie élevée
  • S: sensing the subtle   =>Sensibilité aux stimuli subtils

L’hypersensibilité découle des particularités neurophysiologiques typiques chez les surdoués :

  • Les gaines de myeline sont plus épaisses. Elles sont responsables de la rapidité des transmissions entre les neurones.  Les informations circulent plus vite dans le cerveau. Ce qui induit l’hypersensibilité sensorielle mais aussi l’intuition qui est un des super-pouvoirs de zèbre !
  • Un plus grand nombre de connexions neuronales. Ce qui induit la mémoire remarquable qui est aussi un des super-pouvoirs de zèbre !
  • Un taux de sommeil paradoxal plus élevé. Ce qui induit qu’il a besoin de moins de sommeil (ça c’est le drame pour les pauvres parents que nous sommes !!!!)
  • Une plus grande activation du système limbique qui gère les émotions. Ce qui induit la grande sensibilité émotionnelle pouvant notamment aller jusqu’à des troubles anxieux, des tocs mais c’est de là d’où vient un autre super-pouvoir : l’empathie !
  • Une plus grande quantité de matière grise en zone frontale du cerveau. Ce qui induit une plus grande logique, abstraction, et de meilleures capacités linguistiques.

Vous pourrez retrouver ces informations en détail ici : Psychologie Française, Vol 49, Issue 3.

Ainsi que dans ce très bel article sur les adultes surdoués hypersensibles, rédigé par l’Association Québécoise pour la Douance.

Hypersensibilité  X  T²

Mon petit zèbre T². J’aime beaucoup le carré ! C’est joli graphiquement ! Et mon fils, comme beaucoup de petits zèbres, c’est un carré qui doit rentrer dans un moule rond. Bon ce n’est pas le même carré, mais c’est pour l’image !

 

Hypersensibilité sensorielle : depuis sa naissance !

 

Hypersensible. A tout point de vue. Depuis qu’il est né il pleure pour tout : parce que c’est trop chaud, trop froid, ça gratte, ahhh ça fait mal aux oreilles, ça pique, noooon ça chatouille…

 

Le toucher

Il fallait faire attention à la température de l’eau sur le coton pour lui laver les fesses, trop chaud ? Il chouine. Trop froid ? Il chouine. Pour lui, c’est tiède / un peu froid… Ca doit avoisiner les 33 ° C.

Il n’aime pas être touché. Même quand il se fait mal ! Il faut le prévenir longtemps à l’avance et surtout lui demander la permission. Pas de bisou magique donc ! Grâce au Reiki, je propose de lui faire sentir la chaleur dans ma main quand il se blesse, et ça marche ! Sans le toucher.

Il ne supporte que difficilement les pansements alors vive les pansements spray ! Et vive le Reiki !

A côté de ça il doit toucher à tout. Dans les magasins c’est compliqué à gérer. Si on arrive à le tenir par la main (sans qu’il hurle !), il s’étend pour pouvoir toucher tout ce qu’il peut.

 

Le bruit et l’agitation

Il a du mal avec le bruit et l’agitation autour de lui. Pourtant lui, il est agité et il chouine, pique des colères…

Imaginez les difficultés pour lui d’avoir sa petite sœur qui pleure. Il se couvre les oreilles avec ses mains. Si ça dure, il faut l’isoler sinon il se met à crier et à devenir violent.

Quand les robinets font « cuit cuit » (quand la pression est trop forte, parfois, ça fait « cuit cuit » !) C’est léger. Mais il chouine et se couvre les oreilles en disant que ça fait mal aux oreilles.

Le goût

Niveau goût, il mange et goûte à tout. C’est vraiment facile. Sauf bien entendu quand il doit goûter à tous les savons, shampoings, objets, herbes, produits divers et variés…. Tout ce qu’il trouve passe par sa bouche.

On s’adapte ! Et on profite du merveilleux !

Nous avons pris l’habitude de son hypersensibilité externe. De mon côté, c’est facile, je le suis aussi et bien souvent, ça me ravie qu’il percute des sons que j’entends alors que personne ne les a remarqué. A 18 mois à peine, on allait se promener dans la forêt, il me disait « écoute ! A coucou !  » plus loin « écoute A cuit cuit ». Il écoutait le chant des oiseaux et parlait des « coucous » des différents « cuit cuit » et des hiboux.

Les petits insectes ont toute son attention ! Surtout les fourmis, les coccinelles et les gendarmes.

C’est vraiment le côté merveilleux de l’hypersensibilité !

J’avais mis l’accent sur la pédagogie Montessori à la maison. Car elle est très sensorielle. T² étant très autonome, mon « job » était de réussir à le suivre et à lui proposer toujours en accord avec ses périodes sensibles (et pour suivre un petit zèbre, il faut être rapide, même petit !).

Hypersensibilté de l'enfant jusque 3 ans et pédagogie Montessori

Les sensations internes

Ca devient complexe quand il s’agit de ses sensations internes. Là, on ne sait pas. Heureusement qu’à 3 ans, il savait déjà bien expliquer. Mal au ventre, à la poitrine, aux oreilles, à l’orteil… Difficile pour nous de savoir ce qui est du ressort de la médecine ou si il s’agit d’une sensation ressentie trop fort qui le gêne. Alors on l’emmène souvent chez le médecin !

Il a été un bébé qui pleurait très souvent et donc, pour lequel il fallait faire vite. Trouver vite. Tout le temps. La plupart du temps il n’était ni question de couche, de faim, ni de fatigue. C’était de l’inconfort. Et trouver l’inconfort en question, c’était vraiment pas de la tarte !

Aujourd’hui il chouine très souvent. C’est presque toujours des questions d’inconfort (et ces fichus « cuit cuit » des robinets !!!!!!!!!!!!!!!)

 

L’empathie, ce super-pouvoir super-flippant

« Elle est toute triste la petite fille, elle veut son papa et sa maman »    T² à 20 mois.

Oh c’est trop mignon !

Et là ?

« T’es pas contente maman ?  »  il renverse son pot de compote en me regardant et dit « T’es en colère maman ?  »    T² 21 mois.

Là c’est trop flippant ! (sa tête n’a pas fait un tour à 360, mais j’y ai presque cru).

Le sommeil

Il a fait ses nuits à 2 ans et demi.

Vers 18 mois il se réveillait la nuit, inquiet parce que le soleil se couchait. Une fois, au parc, il a vu une petite fille tomber de son vélo. Il s’est longtemps réveillé la nuit pour nous dire qu’elle était tombée et qu’elle voulait son papa et sa maman.

C’est la psy de la crèche et sa pédiatre, à 18 mois,  qui m’ont expliqué qu’il était très en avance, qu’il était probablement précoce et que les angoisses nocturnes faisaient partie du package ! C’est à ce moment que j’ai découvert les bienfaits de l’homéopathie ! (Mais ça, c’est une autre histoire !).

Passé 2 ans, il jouait jusqu’à tard dans la nuit. Voir toute la nuit. Il allumait sa lampe, il jouait dans sa chambre et allait jouer aussi dans toute la maison. Il nous réveillait plusieurs fois par nuit. 3 – 4 fois. Une nuit, il m’a réveillée toutes les heures à partir de 1h du matin. On a donc cherché des astuces pour arrêter ses balades nocturnes ! J’ai beaucoup angoissé de le savoir libre dans la maison toute la nuit. J’ai mis des barrières, verrouillé la porte donnant au sous sol. Mais je n’étais jamais tranquille. Il est capable de tout !

 

L’hypersensibilité émotionnelle

Il chouine beaucoup, pleure beaucoup, pique des colères tous les jours, ne supporte aucune frustration. Encore moins quand les choses sont lentes, il laisse très vite tomber. Quand il est enthousiaste il est très très enthousiaste. Mais pour le moment, je ne fais pas vraiment la différence avec les autres enfants. Je le trouve plus en colère et plus dans l’expression des émotions mais comme globalement, je le laisse s’exprimer, je ne suis pas sûre qu’à cet age là, la différence soit criante.

 

Pour conclure

Je pourrais raconter des tas d’anecdotes sur l’hypersensibilité de T², mais de 0 à 3 ans c’est notable, certes, mais ce n’est pas le plus criant de son évolution de petit zèbre. Le plus parlant, c’est le développement psychomoteur. J’en ai même passé le CAP petite enfance, parce que je n’arrivais pas à suivre ! D’ailleurs, même avec un CAP et une connaissance théorique de l’évolution normale des enfants de cette tranche d’âge… J’étais dépassée ! Car il ne rentrait dans aucun cadre ! Les observations de sa pédiatre et de la psychologue de la crèche m’ont permis de mettre une lumière sur cette évolution en dehors des « cases ».

Mais ça, c’est un autre post !

 

 

 

 

 

 

 

 

100 idées pour accompagner les enfants à haut potentiel

100 idées pour accompagner les enfants à haut potentiel

Le livre de cette semaine « 100 idées pour accompagner les enfants à haut potentiel » de Dr Olivier Revol, Roberta Poulin, Doris Perrodin. 

C’est aussi le livre pour les prochaines semaines parce que ce sont « les vacances ». Donc les enfants sont à la maison et il va falloir sortir et nourrir le cerveau de mon petit T² sous peine de me faire aspirer par le trou noir de la charge mentale « petit zèbre » (c’est une charge mentale… Limite c’est LA charge mentale à lui tout seul !)

 

Une mine d’infos et d’idées très intéressantes que je recommande à tous les parents qui veulent éviter de se retrouver trop près du trou noir de la charge mentale « petit zèbre » !

 

Voici des idées que vous trouverez dans ce livre : lui apprendre à fournir des efforts et à persévérer, reconnaitre l’élève HP, l’aider à s’intégrer, introduire des adaptations pédagogiques en classe, l’aider à gérer ses devoirs et ses affaires scolaires…

 

A retrouver sur la Fnac !